top of page

Ansar Allah (Houthis):Nous considérons qu'il est de notre devoir, en tant qu'Arabes & Musulmans, de mettre un terme au massacre des Palestiniens. C'est pourquoi nous avons décrété un blocus maritime.

Manifestants lors d'un rassemblement de solidarité avec Gaza à Sanaa. Fin octobre, les Houthis yéménites ont commencé à lancer des roquettes et des drones dans le cadre de leur "opération de soutien aux Palestiniens".

Depuis fin octobre, peu après le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, les Houthis yéménites ont attaqué à plusieurs reprises des navires marchands en mer Rouge. Certaines entreprises, dont BP, Maersk ou la compagnie maritime allemande Hapag-Lloyd, avaient annoncé l'arrêt de toutes les traversées de la mer Rouge. Le mouvement soutenu par l'Iran, qui contrôle depuis 2015 de vastes régions du Yémen, dont la capitale Sanaa, a par ailleurs tiré des drones et des missiles sur Israël. Les Houthis exigent un cessez-le-feu immédiat à Gaza et menacent d'attaquer tout navire en route vers Israël.

Le Berliner Zeitung a contacté les Huthis (également connus sous le nom d'Ansar Allah) pour savoir comment ils comprennent leurs objectifs, quelles sont leurs revendications et comment ils justifient leurs actions. Dans une interview exclusive, réalisée par écrit, le général de brigade Aber al-Thaur, expert militaire et stratégique et directeur adjoint du département de la direction morale de l'armée, a profité de l'occasion pour adresser un message à Berlin.


L'interview a été traduite par Eman Alsaeed.

Général de brigade al-Thaur, qui sont les Houthis ou Ansar Allah ? Donald Trump les avait classés comme "organisation terroriste", Joe Biden est ensuite revenu sur cette décision.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés dans la capitale du Yémen, Sanaa, en solidarité avec les Palestiniens de Gaza. La manifestation était organisée par le mouvement Houthi, allié à l'Iran. Les Houthis contrôlent une grande partie du nord-ouest du Yémen, y compris Sanaa.


Al-Qaïda et l'EI se sont répandus dans les gouvernorats du sud et de l'est du Yémen, tous sous le contrôle des Émirats arabes unis, de l'Arabie saoudite et des mercenaires yéménites. Ces groupes sont considérés comme terroristes au niveau international. Les forces armées saoudiennes et américaines les ont protégés, leur ont fourni des armes, de l'équipement et de l'argent et les ont utilisés comme mercenaires aux côtés de ces forces.

Lorsque les Nations unies et les États-Unis ont classé Al-Qaïda et l'EI parmi les groupes terroristes, cela a entraîné une augmentation des menaces contre les intérêts américains et occidentaux dans les régions du sud et de l'est. Nos forces armées ont combattu les groupes terroristes, tué et capturé un grand nombre d'entre eux et évacué les zones qui étaient sous leur contrôle depuis l'an 2000.

Les États-Unis se sont retrouvés entre deux dangers réels : les groupes terroristes et les forces de Sanaa dirigées par Ansar Allah, que les États-Unis ont classé comme organisation terroriste, ce qui est contraire à la réalité et au bon sens.

Dès que les sites des groupes terroristes sont passés sous le contrôle d'Ansar Allah, l'attitude des États-Unis a changé : ils ont révoqué la classification d'Ansar Allah en tant qu'organisation terroriste étrangère afin d'améliorer son image dans le pays et à l'étranger. Mais Sanaa détient toujours les documents et les preuves impliquant les États-Unis dans des actions communes avec Al-Qaida et l'EI - ces documents sont présentés par le Yémen contre les États-Unis.

Ansar Allah est devenu le sauveur du peuple yéménite lorsqu'il a mené la révolution du 21 septembre 2014. Leur objectif était de libérer le Yémen de sa tutelle saoudienne de 45 ans, de rejeter le diktat américain sur les décisions politiques au Yémen et de se débarrasser du manteau étranger.

Cette situation a inquiété les États-Unis et leurs alliés. La République du Yémen, sa capitale Sanaa et ses forces armées sophistiquées constituent "un pôle arabe dans la région" et un acteur important de la sécurité nationale arabe. Ansar Allah est aujourd'hui une force politique qui a pris la direction du Yémen et a aidé le pays à rejoindre les rangs des pays développés et à atteindre l'autosuffisance dans tous les aspects de la vie.

Quel est l'objectif des opérations actuelles en mer Rouge ? Qu'est-ce qui pousserait les Houthis à ne plus attaquer les navires ?

L'objectif principal est de forcer Israël à mettre fin à son agression et à ses crimes contre la Palestine et la bande de Gaza et de permettre l'importation de nourriture, de médicaments et d'eau potable pour les habitants de Gaza. Les États-Unis ont annoncé qu'ils soutiendraient la position d'Israël, qui veut se venger du Hamas en attaquant la population de Gaza à partir du premier jour suivant le 7 octobre 2023.

Le Hamas a mené l'opération Al-Aqsa Flood pour exposer l'armée israélienne aux Palestiniens, aux Arabes et au monde, et pour montrer qu'Israël est une entité coloniale qui occupe un pays arabe et que son approche politique se reflète dans la politique de l'armée israélienne et dans les crimes qu'elle commet, parmi lesquels le génocide et l'expulsion de la population de son pays.

Le Yémen remplit son devoir national et religieux, car la Palestine est un État arabo-musulman. Ce devoir de défendre la Palestine est de la responsabilité de tous les pays arabes et islamiques, tout comme les États-Unis et l'Europe défendent Israël. Les attaques délibérées contre deux millions de musulmans et de chrétiens doivent cesser, les familles doivent avoir la possibilité d'enterrer leurs morts et de récupérer les disparus dans les décombres.

Les attaques des Huthi ont mis en péril le commerce mondial. Les plus grandes entreprises du monde cherchent actuellement d'autres itinéraires. Pourquoi viser leurs navires ?

Ansar Allah et les partis de la session commune du Congrès général du peuple, le Parti socialiste et d'autres partis nationaux sont les représentants légitimes de la République du Yémen. Lorsque le Yémen a annoncé le 31 octobre 2023 qu'il entrait dans une confrontation militaire aux côtés de la Palestine contre Israël, c'était dans le but de mettre un terme aux attaques israéliennes et à leurs crimes quotidiens contre des civils sans défense.

C'est pourquoi le Yémen a imposé son contrôle sur Bab al-Yémen, le golfe d'Aden, la mer d'Arabie et la mer Rouge, et a empêché les navires israéliens de traverser les eaux internationales de la mer Rouge. La modification des routes maritimes n'a pas mis fin aux crimes d'Israël contre la bande de Gaza et à son siège. C'est pourquoi le Yémen a intensifié le siège d'Israël : il empêche désormais tous les navires qui souhaitent traverser la mer Rouge pour atteindre les ports israéliens, quelle que soit leur nationalité.

Le général de brigade Aber al-Thaur, expert militaire et stratégique et directeur adjoint du département de la direction morale de l'armée.

Tout navire qui ignore les avertissements yéménites sera traité militairement, sans tenir compte des pertes et des conséquences. Le Yémen s'efforce d'assurer la sécurité de la navigation internationale pour tous les navires dans le monde, à l'exception de ceux qui souhaitent faire escale dans les ports israéliens - ce qui est interdit. Le fait que plusieurs compagnies internationales aient modifié leurs routes maritimes est considéré comme un succès pour le Yémen, car cela signifie que nous avons pu atteindre l'objectif principal de la mesure : imposer un blocus maritime économique à Israël.

Tous les navires attaqués étaient liés à Israël. Les frais de transport et d'assurance élevés pour la navigation internationale, qui sont une conséquence de cette opération, sont dus au fait qu'Israël refuse la paix et refuse de mettre fin à ses crimes contre la bande de Gaza. La navigation internationale en mer Rouge, en mer d'Oman et à Bab al-Mandab est sûre à tous égards. Aucune plainte n'a été déposée et toutes les actions menées par le Yémen contre les navires qui ont refusé de se conformer aux avertissements de l'armée yéménite sont documentées.

Les attaques des Huthi ont non seulement affecté le commerce, mais aussi l'acheminement de l'aide humanitaire dans le monde entier. Pensez-vous que cela soit justifié ?

Les opérations maritimes n'ont pas d'impact direct sur le commerce mondial, mais uniquement sur les entreprises qui ont une relation importante avec Israël en termes de volume commercial. Ces entreprises seront certainement affectées par ce qui se passe en mer Rouge si elles font escale dans des ports israéliens. En ce qui concerne les entreprises qui font escale dans d'autres ports, il n'y a aucun problème pour elles, même si elles sont de solides alliées d'Israël.

Notre objectif est clair, les dimensions de l'opération sont claires. Il est inexact de dire que l'acheminement de l'aide a été affecté dans le monde entier : Le commerce mondial via la mer Rouge représente environ 13 pour cent du volume du commerce mondial, la route dessert un pourcentage plus élevé de pays d'Europe, d'Afrique du Nord et de la mer Rouge. Les navires israéliens sont les seuls à ne pas transporter d'aide humanitaire, et les pays arabes de la région n'acceptent pas l'aide d'Israël. Par conséquent, la quantité d'aide humanitaire concernée est négligeable. Même l'Organisation mondiale de la santé et l'Organisation mondiale de l'alimentation n'en ont pas parlé.

Quelles armes sont utilisées dans cette opération ?

Des drones terrestres et navals, conçus pour ce type d'opérations précises, et des missiles navals intelligents et précis, qui ont obtenu de bons résultats en arrêtant des navires, ainsi que des hélicoptères pour certaines opérations, comme celle du navire israélien Galaxy Leader, en plus d'autres armes modernes dont disposent les forces armées yéménites. Le Yémen pourrait être contraint d'utiliser d'autres moyens, notamment si d'autres parties qu'Israël entrent en confrontation.

L'armée yéménite actuelle est la même que l'armée précédente. Elle est en possession d'armes depuis des décennies et dispose d'écoles militaires, dont certaines ont été créées il y a plus de 70 ans. L'armement au Yémen, y compris les missiles balistiques, a été fourni par la Russie, les États-Unis, la France, l'Italie et de nombreux autres pays. Après la révolution du 21 septembre 2014, les dirigeants politiques se sont efforcés de mobiliser des instituts, des écoles militaires et des académies dans le domaine de la fabrication et de la production militaires. De nombreux officiers, experts et techniciens yéménites ont été diplômés des plus grandes universités, académies et instituts du monde, et lorsque le Yémen s'est libéré de la tutelle saoudienne, il a cherché des alternatives concrètes pour améliorer le niveau de performance et l'efficacité des forces armées et renforcer l'unité yéménite.

Le 22 mai 1990 [c'est le jour où la République démocratique populaire du Yémen a été unifiée avec la République arabe du Yémen pour former la République du Yémen ; ndlr], deux armées ont été réunies en une seule : L'armée du Sud représentait l'arsenal militaire soviétique de l'époque, l'armée du Nord représentait l'Est et l'Ouest. Dans les deux cas, il s'agissait d'armées professionnelles, et l'apparition d'armes de haute qualité est aujourd'hui une évolution naturelle.

Quel est le rôle de l'Iran ? Quels sont ses liens avec les Houthis ?

L'Iran est le seul pays à soutenir politiquement le Yémen et à appuyer toutes les décisions du Conseil politique suprême [l'exécutif houthi ; ndlr] à Sanaa. Le Yémen entretient des relations étroites avec l'Iran depuis 1960. La position de l'Iran vis-à-vis des États-Unis et d'Israël a renforcé les relations, qui n'étaient tendues que dans les dernières années du règne d'Ali Abdullah Saleh. À l'époque, Sanaa recevait ses diktats des États-Unis. Après la révolution yéménite et la chute de Saleh, les relations bilatérales avec l'Iran ont été rétablies et n'ont cessé de se développer. Aujourd'hui encore, malgré le siège injuste imposé au peuple yéménite et la question du soutien en armes à Sanaa.

Sanaa et tous les gouvernorats rattachés au Conseil politique suprême sont soumis à un siège mortel par voie terrestre, maritime et aérienne. Tous les navires arrivant dans le seul port restant du Yémen, le port de Hodeidah, sont soumis à un contrôle minutieux et aucun navire ou navire de la marine ne peut atteindre le port ou la côte yéménite. Les Américains tentent d'exploiter la situation à leur avantage et d'impliquer l'Iran dans tout ce qui touche à Sanaa, au point d'être ridiculisés dans le monde entier.

La communauté internationale essaie de trouver des moyens de protéger ses intérêts en mer Rouge, les Etats-Unis veulent former une coalition internationale. Comment réagirez-vous si des porte-conteneurs internationaux sont accompagnés de navires militaires armés ?

La communauté internationale ne cherche pas à protéger la navigation internationale en mer - les Nations unies ou le Conseil de sécurité n'ont pas donné leur bénédiction. Il n'est donc pas juste de parler d'une alliance internationale, mais d'une alliance américano-européenne limitée qui devra assumer les conséquences d'actions militaires en mer Rouge pour affronter le Yémen ou l'empêcher d'appliquer sa décision et sa politique vis-à-vis d'Israël.

Le Yémen aura recours à des options militaires qui peuvent représenter une menace réelle pour les intérêts américains en mer Rouge, en mer d'Arabie et dans le golfe d'Aden, avec les pays que l'Amérique a inclus dans cette alliance illégale qui sert principalement Israël. Ils seront impliqués dans un problème qui pourrait dégénérer à un point que les États-Unis et les pays impliqués dans cette action stupide ne peuvent pas imaginer. Les conséquences seront incalculables et plongeront la région et le monde dans une catastrophe maritime aux conséquences terribles.

Ne craignez-vous pas que l'opération ne conduise à des attaques, par exemple par les États-Unis, au Yémen ?

Nous nous attendons à ce que les États-Unis lancent de telles attaques contre notre pays et nous avons entièrement étudié la situation sous tous ses aspects, y compris la situation militaire. Les États-Unis et leurs alliés, y compris l'Arabie saoudite et les Émirats, assumeront toutes les conséquences de la stupidité américaine. Le droit de répondre avec toutes nos capacités nous est garanti, surtout si l'on considère que nos voisins ont des bases américaines sur leur territoire.

Des craintes sont exprimées quant au fait que la guerre dans la bande de Gaza pourrait se transformer en une guerre régionale. Pensez-vous que cela servirait les intérêts des Houthis ?

Nous nous attendons à ce qu'une guerre régionale se développe, car la communauté internationale n'est pas en mesure d'empêcher Israël d'agir contre Gaza. L'élargissement du cercle de la guerre par l'entrée de l'Amérique et d'autres parties conduira à une guerre régionale qui ne profite pour l'instant à personne. Au contraire, cela rendra difficile la protection et la défense d'Israël et augmentera les possibilités que d'autres pays entrent en guerre contre Israël et les États-Unis. Les États-Unis ne sont plus le seul pôle dans le monde. Il y a d'autres pôles qui ont intérêt à entraîner les États-Unis dans le conflit du Yémen et de la mer Rouge.

L'Allemagne est l'un des pays dont les navires et les intérêts sont menacés, même si elle n'est pas impliquée dans la guerre contre Gaza. Quel est votre message au gouvernement fédéral ?

Nous avons des relations fortes avec l'Allemagne depuis plus de 70 ans. Même dans les circonstances les plus difficiles, l'Allemagne a toujours été aux côtés du Yémen et a soutenu toutes ses activités, y compris la formation et l'assistance militaires. Aujourd'hui, elle est alliée aux États-Unis. Cela nous inquiète, car nous n'avons pas imaginé que l'Allemagne se laisserait berner par les exigences américaines qui visent à l'entraîner [dans la coalition militaire ; ndlr] en mer Rouge.

Pour nous, l'Allemagne est une ligne rouge et nous ne voulons pas qu'elle soit impliquée dans un conflit et une guerre dans lesquels elle n'a aucun intérêt. Nous restons très intéressés par le maintien de nos relations au plus haut niveau. Nous sommes intéressés par les navires allemands et le commerce, et nous espérons que les activités commerciales bilatérales avec Israël en mer Rouge cesseront afin de faire pression sur Israël.

La prochaine étape sera également un test difficile pour la position allemande vis-à-vis du Yémen : Leur position peut avoir d'autres conséquences à long terme. Nous demandons à nos amis en Allemagne de ne pas s'ingérer avec les États-Unis dans un problème qui ne concerne que les États-Unis et aucun autre pays. J'appelle également l'Allemagne et son peuple à respecter notre volonté et nos droits et à ne pas se laisser entraîner à élargir le cercle de la haine et de l'aversion envers les Arabes et les musulmans vivant en Allemagne, car cela rejaillira sur tous les pays arabes et islamiques et sur tous les musulmans du monde, et nous ne le souhaitons pas.

un article du Berliner Zeitung en Allemagne.





22 Ansichten0 Kommentare
bottom of page