Comment détruire une nation: Le sang burkinabé est sur nos mains américaines

Le meurtre de plus d'une centaine de civils, le plus grand nombre de victimes dans une seule attaque au Burkina Faso ces dernières années, marque une escalade choquante de la violence qui s'est emparée du pays depuis 2015. En moins de trois ans, le nombre de personnes déplacées au Burkina Faso est passé de pratiquement zéro à plus de 1,2 million, ce qui en fait la crise de déplacement qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Danny Sjursen, ancien officier américain, utilise une étude de cas américaine au Burkina Faso pour montrer comment détruire un pays en une décennie. Et cette approche affecte toute la région du Sahel en Afrique. Parce que le Burkina Faso a longtemps été considéré comme l'un des pays les plus stables d'Afrique de l'Ouest - et que son conflit est actuellement à son paroxysme - cette nation torturée constitue un cas d'étude instructif de l'incompétence et de l'indécence de la politique américaine.


Par Danny Sjursen, officier de l'armée américaine à la retraite, directeur de l'Eisenhower Media Network (EMN), membre senior du Center for International Policy (CIP) et collaborateur d'Antiwar.com.


Si le gouvernement américain essayait de détruire le Burkina Faso, il n'aurait pas pu mieux s'y prendre. Ce pays d'Afrique de l'Ouest, déjà appauvri et enclavé, est simplement symptomatique de l'exercice d'absurdité auquel se livre la Françafrique à l'échelle du Sahel.


Voici comment cela se passe : dans les années qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001, il n'y avait aucune menace militante islamiste à proprement parler dans cette région. Néanmoins, en raison de sa peur hallucinatoire, de sa cartographie mentale racialisée et de ses réflexes néo-impériaux, l'administration de George W. Bush a imaginé puis provoqué non seulement une véritable rébellion jihadiste, mais aussi une implosion intercommunautaire dans tout le Sahel.


Et parce que le Burkina Faso a longtemps été considéré comme l'un des pays les plus stables d'Afrique de l'Ouest - et que son conflit est actuellement le plus chaud de tous - cette nation torturée constitue un cas d'étude instructif en matière d'incompétence et d'indécence.


Le concept même du Commandement Afrique du Pentagone (AFRICOM) était plus bizarre que ce dont la plupart des gens se souviennent probablement. Lors de sa création en 2007, l'armée américaine était plus qu'embourbée - croyez-moi - et n'arrivait pas à se sortir d'un sac de papier irakien que les Bush avaient mis sur leur propre tête. De plus, les talibans étaient de retour en Afghanistan et prêts à entraîner le successeur du vieux G.W. Obama dans un autre bourbier.


L'Afrique, en particulier l'Afrique de l'Ouest, n'avait pratiquement pas de militants islamistes à proprement parler. En fait, le Burkina Faso en avait le moins. Fin 2013, un rapport du département d'État notait que


"aucun incident terroriste n'a été enregistré au Burkina Faso, qui n'est pas une source pour les efforts de recrutement d'organisations extrémistes violentes ni le foyer d'extrémistes religieux radicaux."

Pourtant, comme si le Pentagone ne perdait pas assez de guerres inutiles et sans espoir, il a ouvert une nouvelle franchise proconsulaire pour le continent. Vous voyez, selon la cartographie cérébrale racialisée colonialiste du 19ème siècle de Bush, il voulait que l'épée militaire américaine post-11 septembre soit "prête à frapper à tout moment dans n'importe quel coin sombre du monde". L'AFRICOM a ensuite été chargé de la charte contre-intuitive de prévenir la guerre dans des endroits


"où les conflits violents n'ont pas encore émergé, où les crises doivent être prévenues."

Apparemment, ces gens n'ont jamais entendu parler de la phase "la violence engendre la violence", ce qui est étrange pour des chrétiens évangéliques aussi fiers, puisque les origines de l'aphorisme remontent à Matthieu 26:52 "Remets ton épée à sa place, lui dit Jésus, car tous ceux qui tirent l'épée mourront par l'épée."


Une douzaine d'années plus tard, l'ensemble du Sahel africain est une zone de tir libre où se mêlent carnages jihadistes, étatiques et communautaires.




Carte de l'Afrique saharienne. (CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)


Voici la version CliffsNotes de comment et pourquoi cela s'est passé dans l'actuelle compétition burkinabé pour la sauvagerie sahélienne la plus sanglante - en soulignant l'immense quantité d'accélérateur franco-américain qui a vraiment brûlé le brasier.


L'allumette principale a été allumée en 2009, lorsque le Burkina Faso a rejoint le Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme (TSCTP) - une caisse noire conjointe État-Pentagone, mais à dominante militaire, pour former, conseiller et équiper les forces de sécurité régionales locales afin de contrer un terrorisme négligeable, voire inexistant.


Le problème central était d'ordre philosophique : l'Amérique imposait, et les élites politiques burkinabés appliquaient de leur plein gré, une formule de lutte contre le terrorisme qui ne tenait pas compte de la corne d'abondance de conflits de cette nation longtemps négligée et qui, en fait, l'enflammait.



En distribuant des dizaines de millions de dollars en billets verts à des politiciens burkinabés ayant une propension avérée à la corruption, ainsi que des armes et des formations aux forces de sécurité de l'État ayant un penchant historique, principalement pour les coups d'État et la répression civile, Washington a pratiquement garanti que la réponse du gouvernement à la menace (initialement inexistante) serait à la fois surmilitarisée et excessive.


C'est comme si Washington avait donné un marteau aux élites dirigeantes burkinabées, en leur disant de garder un œil sur les clous des djihadistes, et que s'ils en trouvaient, nous leur enverrions d'autres marteaux. Est-il vraiment surprenant qu'ils se soient empressés de s'en prendre aux musulmans déjà détestés et souvent marginalisés en leur sein ?


Un retour de bâton sur toute la ligne


Cela a ensuite provoqué un retour de bâton contre-productif dans tout le spectre de la "tempête parfaite" de volatilité et de griefs qui sous-tend et dément l'illusion du Burkina Faso en tant qu'exemple de "stabilité" au Sahel, et qui est à peine comprise - du moins par les décideurs américains.

Après le 11 septembre 2001, les politiciens, les experts et le Pentagone ont eu tendance à encadrer - et à faire entrer - chaque conflit étranger dans leur joli modèle État-démocratie contre terrorisme islamiste. Et, en dépit des montagnes de recherches universitaires et d'experts qui prouvent le contraire, les décideurs américains ont décidé que la meilleure façon de combattre la terreur était la terreur d'État, alors qu'il a été prouvé à maintes reprises que la force ne fait que jeter de l'huile sur le feu.



Considérez quelques statistiques - une sorte de bulletin d'assistance à la sécurité. Depuis 2009, Washington a dépensé plus de 69 millions de dollars pour les forces de sécurité du Burkina Faso et, en fait, plus de personnel burkinabé (plus de 13 000) a été formé par des soldats et des entrepreneurs américains que dans n'importe quel autre État sahélien. Alors, qu'est-ce que les contribuables américains ont obtenu pour leur argent ? Quel a été le résultat de ce lourd investissement, vous demandez-vous ? En fait, moins que rien - à moins que vous ne comptiez une cargaison de cadavres burkinabés, la plupart innocents.


Le nombre d'attaques, de décès et de personnes déplacées signalés a atteint un niveau record l'année dernière - et rien qu'entre 2018 et 2019, les décès liés au conflit ont été multipliés par plus de sept.


De plus, ces 11 années de formation américaine - y compris des cours sur les "droits de l'homme" - n'ont pas servi à grand-chose pour les forces de sécurité burkinabè, puisque celles-ci et les milices ethniques soutenues par le gouvernement (et récemment armées) ont elles-mêmes tué la moitié des civils qui ont péri depuis le début du conflit. En outre, l'officier militaire qui a brièvement pris le pouvoir lors d'un coup d'État en 2014 a participé à deux séminaires de formation à la lutte contre le terrorisme parrainés par les États-Unis. C'est tout à fait normal, puisque pas moins de huit officiers militaires africains formés aux États-Unis sont devenus des putschistes depuis l'ouverture de l'AFRICOM (le fiasco).


Plus fou encore, les élites militaires et politiques burkinabés se vantent essentiellement de tous ces meurtres extrajudiciaires. Simon Compaoré, président du Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, et ancien ministre de l'intérieur, a déclaré à un interviewer que :


"Nous ne le crions pas sur les toits, mais c'est ce que nous faisons. Si les djihadistes tuent cinq à dix soldats, le moral de l'armée va être très bas. Nous devons nous assurer que leur moral ne soit pas détruit. Si nous découvrons qu'il y a des espions, nous devons les neutraliser immédiatement."

Ce qui soulève la question suivante : quel est l'intérêt d'avoir des lois Leahy - qui interdisent de financer et d'aider des forces de sécurité étrangères accusées de manière crédible de violations flagrantes des droits de l'homme - si les statuts sont ignorés dès qu'ils sont gênants ?


En dépit des problèmes critiques de gouvernance et de corruption au Burkina Faso, et des rapports crédibles de violations sanglantes des droits de l'homme par les forces de sécurité, Washington continue même aujourd'hui d'envoyer des millions de dollars d'assistance en matière de sécurité à la capitale du pays, Ouagadougou. C'est un cas classique de "jeter de l'argent par les fenêtres".


Voici la dure vérité que je n'arrive pas à évoquer depuis mon appartement américain climatisé : si le nombre de victimes du conflit se maintient, quelque 600 civils burkinabés supplémentaires seront massacrés d'ici Noël. Naturellement, le gouvernement américain n'a pas vraiment demandé l'avis du peuple avant de contribuer à créer puis à catalyser le conflit, et peu d'Américains savent ou se soucient de savoir où se trouve le Burkina Faso sur une foutue carte. Mais dans le tribunal éthique de la complicité criminelle, l'ignorance et l'apathie ne sont pas une défense pour aider et encourager un meurtre de masse.


Cette indécence est faite en nos noms - le sang burkinabé est sur nos mains.



Danny Sjursen est un officier retraité de l'armée américaine, directeur du Eisenhower Media Network (EMN), membre senior du Center for International Policy (CIP) et collaborateur de Antiwar.com. Il co-anime le podcast "Fortress on a Hill". Son travail est paru dans le New York Times, le LA Times, The Nation, The Hill, Salon, The American Conservative et Mother Jones, entre autres publications. Il a effectué des missions de combat en Irak et en Afghanistan et a enseigné l'histoire à West Point. Il est l'auteur de trois livres, Ghostriders of Baghdad : Soldiers, Civilians, and the Myth of the Surge, Patriotic Dissent : America in the Age of Endless War et, plus récemment, A True History of the United States. Suivez-le sur Twitter @SkepticalVet.


Cet article est tiré de AntiWar.com.


Les opinions exprimées sont uniquement celles de l'auteur et peuvent ou non refléter celles de Consortium News.


https://consortiumnews.com/2021/07/02/how-to-destroy-a-nation-in-10-years/

Il est difficile de comprendre comment Sjursen peut exposer tous les faits et, d'une manière ou d'une autre, conclure que l'opération était due à "l'incompétence", à un "exercice d'absurdité" involontaire, à la folie, etc.

La question de l'intention impériale américaine est si souvent éludée par la gauche.



Il est difficile de comprendre comment Sjursen peut exposer tous les faits et, d'une manière ou d'une autre, conclure que l'opération était due à "l'incompétence", à un "exercice d'absurdité" involontaire, à la folie, etc.

La question de l'intention impériale américaine est si souvent éludée par la gauche.


Il dit ici même : "Le Burkina Faso a longtemps été considéré comme l'un des pays les plus stables d'Afrique de l'Ouest", énumère toutes les actions (franchement maléfiques) des États-Unis qui ont fait dérailler cette stabilité, puis suggère que les États-Unis ont simplement fait une sorte de gaffe et ont involontairement tout gâché.

(Cela a peut-être quelque chose à voir avec le fait que Sjursen est un "officier retraité de l'armée américaine").


Je pense toujours à un article de Glen Ford vieux de presque deux décennies quand je lis des trucs comme ça :

Barefoot, Sick, Hungy and Afraid : La véritable politique américaine en Afrique

https://www.internationale-friedensfabrik-wanfried.org/post/les-%C3%A9lites-occidentales-n-ont-jamais-accept%C3%A9-l-ind%C3%A9pendance-de-leurs-colonies-elles-d%C3%A9stabilisent


Glen Ford, rédacteur en chef du BAR

07 juillet 2003

Il dit ici même : "Le Burkina Faso a longtemps été considéré comme l'un des pays les plus stables d'Afrique de l'Ouest", énumère toutes les actions (franchement maléfiques) des États-Unis qui ont fait dérailler cette stabilité, puis suggère que les États-Unis ont simplement fait une sorte de gaffe et ont involontairement tout gâché.

(Cela a peut-être quelque chose à voir avec le fait que Sjursen est un "officier retraité de l'armée américaine").


Déclaration de Manenji Mangundu, directeur national du Conseil norvégien pour les réfugiés au Burkina Faso, sur l'attaque de Solhan du 5 juin.


"Le meurtre de plus d'une centaine de civils, le plus grand nombre de victimes dans une seule attaque ces dernières années au Burkina Faso, marque une escalade choquante de la violence qui s'est emparée du pays depuis 2015. Parmi les victimes tuées au milieu de la nuit par des assaillants armés figurent des femmes et des enfants qui n'avaient pas le choix de fuir, pas la moindre chance de vivre.


Si chaque attaque se mesure au nombre de morts, il existe des chiffres plus insaisissables : le nombre de familles contraintes de fuir à la hâte, ou le nombre de semaines, de mois et d'années qu'elles passeront loin de chez elles. Et n'oublions pas ce qui ne peut absolument pas être quantifié : le traumatisme subi par les enfants qui sont témoins d'une violence aussi horrible, la peur de ne pas savoir où aller pour mettre leur famille en sécurité, le stress de trouver un endroit où dormir ou de quoi manger.

Le Conseil norvégien pour les réfugiés présente ses condoléances aux familles des victimes. Nous condamnons cette brutalité insensée et cette violation méprisable des droits de l'homme et continuerons à soutenir fermement les personnes déplacées au Burkina Faso et les communautés d'accueil qui les mettent en sécurité."

Les opérations du CNRC au Burkina Faso et au Niger

https://www.nrc.no/globalassets/pdf/fact-sheets/2020/factsheet_burkina-faso_niger_may2020.pdf




41 Ansichten0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen