Avec la guerre contre la Libye et le soutien aux dictateurs, l'Occident a plongé Sahel dans chaos

Les États-Unis soutiennent le néocolonialisme de la France en Afrique: ils donnent leur chance aux islamistes et ont transformé la région du Sahel, où il n'y avait pratiquement pas de combattants islamistes, en une sphère d'influence islamiste toujours plus grande uniquement par le biais d'interventions militaires, également parce que les partenaires de l'Occident sont des autocrates corrompus sans aucune légitimité. Cette région était pratiquement dépourvue de terreur après le 11 septembre, de sorte que les Bush ont presque dû la réinventer et, bien sûr, redéfinir la criminalité, la contrebande et le trafic de drogue comme étant intrinsèquement d'inspiration islamiste. Presque deux décennies plus tard, l'endroit est un putain de cauchemar. En Afrique, l'État islamique et les autres islamistes ne sont que la partie émergée d'un iceberg de conflits souterrains. Pourtant, pendant des décennies, les titans français - alimentés par l'Amérique - se sont acharnés sur la pointe symptomatique tout en ignorant la masse souterraine des problèmes que Paris a largement causés ou catalysés. La majorité des Français sont maintenant contre la cherté et pour la France de perdre la guerre au Sahel. Elle implique des usines contre-productives qui équipent les combattants rebelles plus vite qu'une armée étrangère ne peut les tuer. Le renversement de Moammar Kadhafi par les pays de l'OTAN peut être considéré comme un "événement signal" pour le "tsunami de retour de flamme" provoqué par l'Occident au Sahel. Elle a amené des combattants, des armes à feu et des griefs d'abord dans le sud-ouest de la Libye, puis dans les zones de conflit actuelles du Sahel.


Des soldats de l'armée américaine chargés de transporter du matériel à travers un étang pendant la course d'obstacles en équipe à l'école de guerre de la jungle française au Gabon. (Photo de l'armée américaine par le Spc. Yvette Zabala-Garriga/Released)

Par le major Danny Sjursen / AntiWar

En Afrique, l'État islamique, et les autres islamistes, ne sont que la partie émergée d'un iceberg de conflits sous-jacents. Pourtant, pendant des décennies, les Titaniques français - alimentés par l'Amérique - ont foncé sur la flèche symptomatique tout en ignorant la masse souterraine des problèmes que Paris a largement causés ou catalysés. Quant à ceux qui dirigent la Cité d'Émeraude de Washington, sans nuances, ils ont généralement adhéré au dernier round du spectacle de Quixote. Seuls notre chevalier errant moderne, Don Emmanuel [Macron], et son écuyer recruté, Sancho Joe [Biden], ont peut-être des motivations moins nobles que l'homme de lettres de La Mancha. Comme le nostalgique chevaleresque de Cervantès, ni l'un ni l'autre ne voient le monde tel qu'il est. Et les conflits continentaux de l'Afrique de l'Ouest sont faits d'une matière plus solide que les moulins à vent.


Le contexte actuel du jeu de longue haleine, en dents de scie, du soutien des États-Unis au classicisme et au néocolonialisme français, est plus périlleux que la plupart des autres. En particulier dans le Sahel ouest-africain, sujet à la sécheresse et à la pauvreté, sur la bordure sud du désert du Sahara. Cette région était pratiquement dépourvue de terreur au lendemain du 11 septembre, de sorte que les Bushiens de GW - "Nous sommes un empire maintenant" - ont dû en inventer, et certainement redonner une image de la criminalité, de la contrebande et du trafic de drogue comme étant intrinsèquement influencée par l'islam. Près de deux décennies plus tard, cet endroit est un véritable cauchemar.


Bien sûr, nos amis parisiens exceptionnalistes-universalistes (comme nous l'oublions souvent) sont depuis longtemps, et généralement de manière unilatérale - du moins jusqu'à ce que l'imbroglio quagmirique de la Côte d'Ivoire en 2002 les oblige à se tourner vers un multilatéralisme au moins cosmétique - intervenus dans leur "sphère spéciale" de l'Afrique francophone. Vingt-quatre fois après l'indépendance coloniale, en fait, de 1960 à 2001 - généralement pour soutenir un dictateur client favorable à la France, généreux en ressources et en exportations. Bien sûr, cela ne s'est pas arrêté là : depuis le 11 septembre 2001, Paris a envoyé ses soldats en opération dans pas moins de huit pays africains - dont six anciennes colonies - ce qui lui vaut une belle médaille d'argent aux Olympiades interventionnistes mondiales (derrière vous-savez-qui).


Mais ce n'est que lorsque l'Oncle Sam, gonflé à bloc par le patriotisme de l'après-11 septembre, est parti à la recherche de la terreur fantôme du Sahel (2003-2004), qu'il l'a finalement trouvée (2008-2012) - enfin, après avoir contribué à la créer - qu'il a réalisé qu'il n'avait ni les ressources ni la volonté publique de la combattre, qu'il a encouragé les anciens colonisateurs français à revenir (2013), puis qu'il a puissamment aidé leur campagne néo-impériale (2013- ?), que l'ensemble s'est vraiment désagrégé. En fin de compte (ou s'agit-il d'une "fin du commencement" churchillienne ?), seuls les jihadistes les plus radicalement violents et les opportunistes vulturateurs de l'économie des conflits ont gagné. Washington et Paris ont perdu (relativement) petit - encore ! - et, comme d'habitude et dans l'ombre ignorée de l'Occident, les Africains locaux ont perdu gros.


Macron : Enchérir pour le renflouement de Biden ?


Attendez seulement le coup de théâtre (ou peut-être la chute) : maintenant, le président Macron - presque exactement un an jour pour jour après avoir exhorté un président Trump apparemment hésitant à se retirer de l'Afrique - espère apparemment un renflouement de Biden pour la campagne de la France qui s'effondre au Sahel. On peut comprendre pourquoi. La mission militaire française, l'opération Barkhane, qui dure depuis sept ans, est en train de s'effondrer. Au cours du seul premier mois de l'année 2021, cet échec imminent - ou du moins ce bourbier terminal - a fait l'objet de plusieurs bilans :


Cinq soldats français tués au combat au Mali au cours des cinq premiers jours de la nouvelle année ;

Six autres soldats français blessés - dont trois grièvement - lors d'une attaque suicide contre leur convoi le 8 janvier.

La communauté internationale demande une enquête impartiale à la suite de multiples témoignages selon lesquels des frappes aériennes françaises ont tué 19 civils - bien que Paris rejette ces allégations, affirmant que les victimes étaient des combattants djihadistes - lors d'une cérémonie de mariage dans le centre-est du Mali le 3 janvier ;

Quatre soldats de la paix des Nations unies ont été tués et cinq autres blessés dans un attentat à la bombe en bord de route et une embuscade à l'aide d'armes légères, le 14 janvier. Ces derniers décès viennent s'ajouter au bilan total de 235 morts et 363 blessés graves, parmi le personnel civil et en uniforme, dans ce qui reste l'opération des Nations unies la plus dangereuse au monde.

Un sondage d'opinion réalisé à la mi-janvier indiquant, pour la première fois, qu'une majorité de citoyens français s'opposent à l'opération de Paris au Sahel ; et, quelques jours plus tard, Macron - qui doit être réélu en 2022 - a ouvert la porte à la réduction (bien sûr, il a dit "ajuster") de la mission militaire de la France au Sahel.

Une nouvelle montée - mais cyclique - du sentiment anti-français local. Comme lorsque, le 17 janvier, les forces de sécurité maliennes en tenue anti-émeute ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser un millier de manifestants dans la capitale, Bamako, qui protestaient contre la présence militaire française dans le pays.

Puis, il y a deux jours à peine, dix soldats du gouvernement auraient été tués dans le centre du Mali lors d'une attaque au cours de laquelle - fait inhabituel - les djihadistes présumés ont utilisé des véhicules blindés ! L'intensité des combats et des pertes a apparemment incité l'armée française à intervenir aux côtés des renforts maliens, avec - selon un porte-parole de l'armée française - des frappes aériennes d'un drone, de jets Mirage et de deux hélicoptères Tigre.

En outre, les prétendants parisiens à la gloire passée ne peuvent tout simplement pas encaisser les chèques de grande puissance qu'ils signent en Afrique depuis 1960. Sans doute, certains soldats français, "élevés dans les 'exploits' de la conquête coloniale" peuvent - selon une analyse détaillée et inquiétante - colporter la "nostalgie coloniale" et se présenter comme les dispensateurs des "bienfaits de la civilisation". Mais la vérité est que la plupart d'entre eux - sergents, sous-officiers et généraux supérieurs - ne sont guère plus que des sous-traitants de sécurité pour un mastodonte américain qu'ils aiment, détestent, dont ils ont besoin et dont ils détestent avoir besoin.


Il y a environ un an, la ministre de la Défense Florence Parly l'a admis lorsqu'elle a mis en garde l'administration Trump contre le retrait des troupes du Sahel - déclarant "que le soutien des États-Unis est essentiel à nos opérations et que sa réduction limiterait gravement notre efficacité contre les terroristes". Et il est sûrement critique - Washington fournit actuellement à l'opération Barkhane de la France des capacités de renseignement et de surveillance (en grande partie grâce aux drones américains), le ravitaillement en vol et le transport logistique, pour un coût d'environ 45 millions de dollars par an. Une fois encore, la réduction du soutien américain " limiterait gravement l'efficacité ", sauf que la lutte antiterroriste française - comme américaine - en Afrique a un bilan d'efficacité inverse. Il s'agit d'usines de contre-productivité fournissant des combattants rebelles plus vite que l'une ou l'autre des armées étrangères ne peut les tuer.


Malheureusement, jusqu'à présent, il semble qu'aucun des consiglières de la nouvelle administration en matière de politique étrangère - et certainement pas cet arsoniste africain bien connu, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan - n'ait informé Biden de tout cela (ou n'en savait assez pour essayer si par hasard ils s'en souciaient). Il convient de noter que Jake est plus brillant que l'ours moyen de Biden et qu'il connaît probablement mieux le contexte que la plupart des gens. C'est également un jeune maître des intrigues de palais qui sait précisément à quel point il serait gênant de laisser échapper quelque chose de gênant - puisque son propre chapitre passé en tant que champion du changement de régime libyen [Hillary] Clinton a eu un effet considérable sur la région. En fait, le renversement de Moammar Kadhafi peut être considéré comme l'"événement marquant" - en canalisant les combattants, les armes à feu et les griefs vers le sud-ouest dans les zones de conflit actuelles du Sahel - dans le "tsunami de retour de flamme" induit par les États-Unis et l'Occident.


Quoi qu'il en soit, selon le compte-rendu de la Maison Blanche de son appel du 24 janvier avec le Président Emmanuel Macron, le Président Biden n'a pas laissé transparaître une quelconque compréhension du contexte réel, se contentant de :


"...a exprimé son désir de renforcer les liens bilatéraux avec notre plus vieil allié...a souligné son engagement à renforcer la relation transatlantique, notamment par le biais de l'OTAN et...a également convenu de travailler ensemble sur des priorités de politique étrangère communes, notamment...le Sahel."


De tels commentaires - aussi vagues et superficiels soient-ils - ne conviennent pas à un dirigeant correctement informé de l'histoire complexe et contre-productive des interventions militaires franco-américaines dans le Sahel ouest-africain. Mais Biden aurait dû être informé. Le contexte compte - surtout dans les conflits post-coloniaux.


Partenaires problématiques, puits empoisonnés


Naturellement, l'Amérique étant hyper-interventionniste en 2021 et tout cela, les États-Unis ont quelque 6 000 soldats en Afrique - dont environ 1 400 au Sahel - depuis un certain temps déjà. Mais si Biden décide d'en envoyer d'autres, voici un élément de contexte crucial et de longue date qu'il devrait connaître : les gouvernements de ces pays post-coloniaux - avec toutes les divisions ethniques, linguistiques, religieuses et les divisions entre agriculteurs, pasteurs et nomades qui en résultent - sont des "partenaires" ridiculement problématiques.


Considérez les tendances troublantes du nouveau rapport de Freedom House : "La liberté dans le monde 2020". Pas un seul "partenaire" franco-américain dans les guerres qui se chevauchent pour le Grand Sahel n'est considéré comme "libre", selon les critères de l'organisation. Pour commencer, le Mali - véritable point zéro des catastrophes régionales actuelles - n'obtient que 41/100 (soit la 135e place sur 210 pays classés). Le Mali a également subi la pire baisse du score global au cours de la dernière décennie, perdant 31 points dans un contexte d'insurrection permanente et de deux coups d'État militaires perpétrés par des officiers qualifiés.

Le Niger voisin, qui est le centre des opérations de l'US Africa Command (AFRICOM) en Afrique de l'Ouest et qui abrite une base de drones américains de 100 millions de dollars, mal gérée sur le plan criminel - dont la construction pourrait avoir violé les lois américaines selon l'inspecteur général du Pentagone lui-même - a obtenu un score de 48/100. Cette note marginale est due au "régime actuel du Niger... élu lors... d'un scrutin entaché de graves irrégularités" et au fait que "les problèmes de sécurité posés par des groupes militants actifs [ont] servi d'alibi au gouvernement pour restreindre les libertés civiles". En d'autres termes - dans le langage classique de COINdinista - au Niger, un gouvernement du pays hôte à la légitimité douteuse alimente les feux islamistes par des abus débridés, tant au front qu'en coulisses.


Dans l'anglo-sphère post-coloniale de l'Afrique, le rapport note qu'au Nigeria - qui obtient la note dérisoire de 47/100 - "les élections de l'année ont été entachées de graves irrégularités et d'une intimidation généralisée des électeurs, du personnel électoral et des journalistes, ce qui marque un recul par rapport aux élections de 2015". En d'autres termes, son gouvernement n'est guère un partenaire de choix pour la guerre par procuration contre Boko Haram et les affiliés de l'État islamique dans le nord-est - et récemment, le nord-ouest - du Nigéria, en proie à un désordre permanent.


Le Burkina Faso est le plus fort des États synthétiques du Sahel "partiellement libres", vestiges de l'époque coloniale, avec une note de 56/100, mais cette note a baissé de sept points en trois ans seulement, le terrorisme et la rébellion ayant débordé des frontières du Mali et du Niger dans cette "réussite américaine" autrefois sûre. Enfin, la Libye - victime du changement de régime opéré en 2011 par les États-Unis, l'Angleterre et la France, qui a fait exploser la région - se trouve carrément à la cave sur la liste des "pires des pires" de Freedom House, avec une note énorme de 9/100.


Comme s'il n'y avait pas assez de marqueurs purement sécuritaires de l'échec de l'AFRICOM (et de la France) - par exemple, une augmentation de 1 105 % des événements violents liés à des groupes d'inspiration islamiste au cours de la dernière décennie - les archives de Freedom House démontrent que le supposé "investissement comparativement... modeste" du commandement qui "achète une part surdimensionnée de l'influence américaine" pour "promouvoir les valeurs et les principes américains" n'a pas non plus porté ses fruits. Depuis que le plus récent commandement de combat américain a ouvert ses portes en 2008, les trois principaux pays du Sahel où la présence militaire franco-américaine est active - le Mali, le Niger et le Burkina Faso - ont enregistré une baisse combinée de 40 points pour Freedom House.


Sur le terrain sahélien, tous ces coups d'État militaires, ces suppressions de libertés civiles et ces abus commis par des forces de sécurité partenaires représentent bien plus que la somme des parties de leur classement soigné sur les jolis graphiques d'une ONG, basée aux États-Unis et financée par les États-Unis. Ce qui importe, c'est que, selon la bible de la contre-insurrection de l'armée américaine - Army Field Manual 3-24 - toute cette indécence alimente une formule d'échec et de guerre éternelle en Afrique. Rappelons que même ce toujours problématique FM 3-24 - l'Évangile selon David [Petraeus] - a beaucoup à dire sur la condition préalable au succès de partenaires locaux solides et légitimes.


Le FM 3-24 affirme sans équivoque que, dans la lutte contre une insurrection, "la légitimité est l'objectif principal" et que "la présence de l'État de droit est un facteur majeur pour garantir l'acceptation volontaire de l'autorité du gouvernement [du pays hôte] et donc sa légitimité". Ce manuel de terrain de longue date est parfaitement clair quant aux limites de l'intervention militaire extérieure pour défendre des hôtes locaux non libres, illégitimes et abusifs :


L'action militaire peut s'attaquer aux symptômes d'une perte de légitimité... Cependant, le succès sous la forme d'une paix durable exige le rétablissement de la légitimité... Un effort COIN ne peut obtenir un succès durable sans que le gouvernement [de la nation hôte] n'obtienne la légitimité.


Rien de tout cela n'est de bon augure pour la 13ème année malheureuse de l'AFRICOM - ni pour la 131ème année environ des aventures françaises en Afrique sahélienne. Mais là encore, les officiers américains ne sont pas connus pour lire leur propre doctrine.


À leur décharge, il semble que jusqu'à présent, ni le président Biden ni son secrétaire à la défense - le général à la retraite Lloyd Austin - n'aient pris d'engagements fermes sur des troupes supplémentaires pour la mission américaine au Sahel, déjà absurde. Un titre de la presse française après qu'Austin se soit entretenu avec son homologue - le ministre français des Armées Parly - était beaucoup plus direct : "Le Pentagone ne promet rien à Paris" et "Le nouveau chef des armées américaines [sic] est resté évasif quant à son soutien à l'opération anti-jihadiste au Sahel".


Espérons que la bande à Biden tienne bon pour une fois. Pourtant, il existe de nombreux signaux inquiétants et, si le passé est un prologue, de solides raisons d'être dubitatif.


Danny Sjursen

Danny Sjursen est un officier retraité de l'armée américaine et un collaborateur de la rédaction d'Antiwar.com. Ses articles sont parus dans le NY Times, le LA Times, ScheerPost, The Nation, Huff Post, The Hill, Salon, Popular Resistance et Tom Dispatch, entre autres publications. Il a servi dans des unités de reconnaissance en Irak et en Afghanistan et a ensuite enseigné l'histoire à West Point, son alma mater. Il est l'auteur d'un mémoire et d'une analyse critique de la guerre d'Irak, Ghostriders of Baghdad : Soldiers, Civilians, and the Myth of the Surge. Son prochain livre, Patriotic Dissent : America in the Age of Endless War, est disponible en pré-commande. Sjursen a récemment été sélectionné comme boursier de la Fondation Lannan pour la liberté culturelle 2019-20. Suivez-le sur Twitter @SkepticalVet. Visitez son site professionnel pour obtenir des informations de contact, pour programmer des discours ou des apparitions dans les médias, et pour accéder à ses travaux antérieurs.

https://scheerpost.com/2021/02/07/the-folly-of-backing-frances-african-adventures/



5 Ansichten0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen