37 à 59 millions de personnes sont devenues des réfugiés : déplacement par les guerres américaines

37 à 59 millions de personnes sont devenues des réfugiés : déplacement par les guerres américaines après le 11 septembre.

Les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre ont déplacé de force au moins 37 millions de personnes en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen, en Somalie, aux Philippines, en Libye et en Syrie. Ce chiffre dépasse le nombre de personnes déplacées dans toutes les guerres depuis 1900, à l'exception de la Seconde Guerre mondiale. § 37 millions est une estimation très prudente. Le nombre total de personnes déplacées par les guerres américaines après le 11 septembre est peut-être plus proche de 48-59 millions. Des millions de personnes ont fui les frappes aériennes, les bombardements, les tirs d'artillerie, les frappes de drones, les fusillades et les viols. Les gens ont fui la destruction de leurs maisons, de leurs quartiers, de leurs hôpitaux, de leurs écoles, de leurs lieux de travail et de leurs réserves locales de nourriture et d'eau. Ils ont fui les expulsions forcées, les menaces de mort et le nettoyage ethnique à grande échelle déclenché principalement par les guerres américaines en Afghanistan et en Irak. Au cours de cette période, les forces américaines ont participé à des guerres ou à d'autres opérations de combat dans au moins 24 pays.3 La destruction causée par la guerre dans ces pays a été incalculable pour les civils et les combattants, pour le personnel militaire américain et leurs familles, et pour des sociétés entières. Le nombre de morts et de blessés se compte en millions.

Creating Refugees :

Déplacement causé par les guerres post-11 septembre des États-Unis

David Vine, Cala Coffman, Katalina Khoury, Madison Lovasz, Helen Bush, Rachael Leduc, et Jennifer Walkup

21 septembre 2020


RÉSUMÉ ANALYTIQUE

Depuis que le président George W. Bush a annoncé une " guerre mondiale contre le terrorisme " à la suite des attaques d'Al-Qaïda contre les États-Unis le 11 septembre 2001, l'armée américaine s'est engagée dans des combats partout dans le monde. Comme lors des conflits précédents, les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre ont entraîné des déplacements massifs de population. Ce rapport est le premier à mesurer de manière exhaustive le nombre de personnes déplacées par ces guerres. En utilisant les meilleures données internationales disponibles, ce rapport estime de manière prudente qu'au moins 37 millions de personnes ont fui leur foyer dans les huit guerres les plus violentes que l'armée américaine a lancées ou auxquelles elle a participé depuis 2001. Le rapport détaille une méthodologie pour calculer le déplacement en temps de guerre, donne un aperçu du déplacement dans chaque pays touché par la guerre, et souligne les impacts individuels et sociétaux du déplacement. Les déplacements en temps de guerre (au même titre que les morts et les blessés de guerre) doivent être au cœur de toute analyse des guerres de l'après-11 septembre et de leurs conséquences à court et à long terme. Les déplacements doivent également être au cœur de toute réflexion sur l'utilisation future de la force militaire par les États-Unis ou d'autres pays. Enfin, le déplacement de 37 millions de personnes - et peut-être même de 59 millions - soulève la question de savoir qui est responsable de la réparation des dommages infligés aux personnes déplacées.


PRINCIPALES CONSTATATIONS

Les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre ont entraîné le déplacement forcé d'au moins 37 millions de personnes en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen, en Somalie, aux Philippines, en Libye et en Syrie. Ce chiffre dépasse celui des personnes déplacées par toutes les guerres depuis 1900, à l'exception de la Seconde Guerre mondiale. § 37 millions est une estimation très prudente. Le total des personnes déplacées par les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre pourrait être plus proche de 48 à 59 millions. § 25,3 millions de personnes sont rentrées chez elles après avoir été déplacées, bien que le retour n'efface pas le traumatisme du déplacement ou ne signifie pas que les personnes déplacées ont retrouvé leur foyer d'origine ou une vie sûre. § Tout chiffre est limité dans ce qu'il peut transmettre sur les dommages causés par le déplacement. Les personnes qui se cachent derrière les chiffres peuvent être difficiles à voir, et les chiffres ne peuvent pas exprimer ce que l'on peut ressentir lorsqu'on perd sa maison, ses biens, sa communauté, et bien plus encore. Le déplacement a causé des dommages incalculables à des individus, des familles, des villes, des régions et des pays entiers sur le plan physique, social, émotionnel et économique. Introduction Depuis que l'administration de George W. Bush a lancé une "guerre mondiale contre le terrorisme" à la suite des attaques d'Al-Qaïda contre les États-Unis le 11 septembre 2001, l'armée américaine n'a cessé de faire la guerre pendant près de deux décennies.2 Au cours de cette période, les forces américaines ont participé à des guerres ou à d'autres opérations de combat dans au moins 24 pays.3 La destruction infligée par la guerre dans ces pays a été incalculable pour les civils et les combattants, pour le personnel militaire américain et les membres de leur famille, et pour des sociétés entières. Les morts et les blessés se comptent par millions. À l'instar des autres guerres de l'histoire, les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre ont poussé des millions de personnes, en grande majorité des civils, à craindre pour leur vie et à fuir en quête de sécurité. Des millions de personnes ont fui les frappes aériennes, les bombardements, les tirs d'artillerie, les attaques de drones, les fusillades et les viols. Les gens ont fui la destruction de leurs maisons, de leurs quartiers, de leurs hôpitaux, de leurs écoles, de leurs emplois et de leurs sources locales de nourriture et d'eau. Ils ont échappé aux expulsions forcées, aux menaces de mort et au nettoyage ethnique à grande échelle déclenché par les guerres américaines en Afghanistan et en Irak en particulier. 4

À notre connaissance, personne n'a calculé combien de personnes ont été déplacées par les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre. Certains universitaires, journalistes et organisations internationales ont fourni des données sur les déplacements pour certaines de ces guerres, comme celles d'Afghanistan et d'Irak. Cependant, ces statistiques ont tendance à être des instantanés du nombre de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur d'un pays (IDP) à un moment donné plutôt qu'une comptabilité complète du nombre total de personnes déplacées au fil du temps depuis le début des guerres.5 Cet article calcule le nombre total de personnes déplacées dans les huit guerres post-11 septembre dans lesquelles les forces américaines ont été le plus significativement impliquées. Nous nous concentrons sur les guerres dans lesquelles le gouvernement américain est clairement responsable du déclenchement des combats armés (la guerre en Afghanistan/Pakistan qui se chevauche et la guerre en Irak après 2003), de l'escalade du conflit armé (l'intervention des États-Unis et de l'Europe dans le soulèvement libyen contre Mouammar Kadhafi et la guerre civile en cours en Libye, ainsi que l'implication des États-Unis en Syrie), ou du fait qu'il soit à l'origine du conflit. En documentant les déplacements causés par les guerres menées par les États-Unis après le 11 septembre, nous ne suggérons pas que le gouvernement américain ou les États-Unis en tant que pays soient les seuls responsables de ces déplacements. Le lien de causalité n'est jamais aussi simple. Elle implique toujours une multiplicité de combattants et d'autres acteurs puissants, des siècles d'histoire et des forces politiques, économiques et sociales à grande échelle. Même dans les cas les plus simples, les conditions de pauvreté préexistante, les changements environnementaux, les guerres antérieures et d'autres formes de violence déterminent qui est déplacé et qui ne l'est pas. Ce document et les tableaux qui l'accompagnent décrivent plusieurs catégories de personnes déplacées par les guerres de l'après-11 septembre : 1) les réfugiés, 2) les demandeurs d'asile cherchant à obtenir une protection en tant que réfugiés, et 3) les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI). Nous calculons également le nombre de 4) réfugiés, de demandeurs d'asile et de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays qui sont retournés dans leur pays ou leur région d'origine. Au final, nous estimons qu'au moins 37 millions de personnes ont été déplacées dans seulement huit pays depuis 2001 (tableau 1). Ce chiffre comprend 8 millions de personnes déplacées à travers les frontières internationales en tant que réfugiés et demandeurs d'asile et 29 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays vers d'autres régions de leur pays. Pour mettre ces chiffres en perspective, le déplacement de 37 millions de personnes équivaut au déplacement de la quasi-totalité des résidents de l'État de Californie ou de tous les habitants du Texas et de la Virginie réunis.7

Ce chiffre est presque aussi important que la population du Canada.8 En termes historiques, 37 millions de déplacés est plus que ceux déplacés par toute autre guerre ou catastrophe depuis au moins le début du vingtième siècle, à la seule exception de la Seconde Guerre mondiale (voir le tableau 2).9 Les guerres des États-Unis après le 11 septembre ont contribué de manière significative à l'augmentation spectaculaire, ces dernières années, du nombre de personnes déplacées par la guerre et les conflits violents dans le monde : Entre 2010 et 2019, le nombre total de réfugiés et de personnes déplacées dans le monde a presque doublé, passant de 41 millions à 79,5 millions.10 Dans la section suivante, ce document procède à un aperçu de notre méthodologie et de notre approche du calcul des déplacements en temps de guerre. Une discussion plus détaillée se trouve dans l'annexe. Nous donnons ensuite un aperçu du déplacement dans chaque pays touché par la guerre. Nous présentons ensuite les résultats de nos calculs et discutons des limites de la mesure quantitative. Nous concluons en discutant de l'importance de nos conclusions pour l'évaluation des guerres de l'après-11 septembre, pour les débats sur l'utilisation de la force militaire de manière plus générale, et pour les questions concernant la responsabilité de la réparation des dommages subis par les personnes déplacées.

https://www.carnegie.org/publications/creating-refugees-displacement-caused-united-states-post-911-wars/


l'ensemble de l'étude

Cost fo war refugees fr
.docx
Download DOCX • 25KB



















Burkina-Studie ganz FR
.docx
Download DOCX • 61KB

13 Ansichten0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen